L'origine de la stéatite

 

 

Notre terre est une planète vivante qui ne fait que bouger perpétuellement. A travers des milliards d'années, les plaques continentales se dispersent d'un côté pour s'approcher de l'autre. Sur ces lignes de rencontre se forment des montagnes volcaniques qui crachent de la lave d'une température d'environ 1600°C. Par la suite ces longues coulées de lave refroidissent et se cristallisent formant de l'olivine grossière. Sous la pression de la croûte terrestre des solutions d'eau contenant du dioxyde de carbone s'infiltrent dans les pores de cette roche olivine, la transformant d'abord en Serpentine et finalement en Stéatite, accomplissant ainsi la création magique de cette œuvre millénaire. Résultat la Stéatite est une cristallisation de la coulée de lave, dont la composition est + ou - 48% de magnésite, + ou - 45% de talc et + ou - 7% de chlorite.

 

La stéatite ou pierre à savon ou craie de Briançon ou encore pierre ollaire est une roche très tendre, principalement composée de talc.

Le terme pierre ollaire regroupe des roches métamorphiques de type majoritairement ultrabasique. D'un point de vue physique, elles présentent des caractéristiques particulières, puisque à la fois résistantes et molles, donc relativement façonnables à l'aide d'outils simples. De plus, ces roches possèdent une capacité calorifique élevée.

Les pierres ollaires sont des ultramafites contenant majoritairement du talc, de la chlorite, des amphiboles, des pyroxènes, des oxydes (pyrites et magnétites), des carbonates, de l'olivine, de la serpentine, et des micas noirs.

La formation et la mise en place de ce type de roche nécessitent des conditions particulières, ce qui explique sa rareté (moins de 1% des roches alpines). L'origine primaire se situe dans le manteau, conditions de haute pression et température. Lors de différents mouvements associés à la formation de l'arc alpin, certaines de ces roches peuvent arriver en surface, par obduction notamment. Les fortes contraintes tectoniques accompagnant le déplacement vers la surface provoquent des géométries généralement lenticulaires et zonées, la zone de réaction entre la roche mère ultramafique et l'encaissant représente ce que l'on appelle vulgairement "pierre ollaire". Les processus d'apport de gaz, de rééquilibrations pétro-chimiques et de changements géométriques se déroulent à des profondeurs de 10 à 20 km environ. L'érosion et l'obduction de certaines nappes et massifs apportant finalement ce matériel en surface.

 

La stéatite ou pierre à savon ou pierre de briançon est une pierre lourde. Sa densité de l'ordre de 2614 kg au m3 est due aux minuscules cristaux de magnésite qu'elle contient et qui lui donne un aspect et éclat particulier. Sa couleur change par l'action d'oxydes. Elle contient du talc, ce qui donne cette sensation de douceur au touché.

La stéatite est plus lourde que la pierre de taille (2725 kg/m3) et après traitement de la surface, elle atteint même la dureté du marbre (3-4 Mohs).
Quant à son point de fusion, le fer forgé et l'acier fondent beaucoup plus rapidement (respectivement à environ 1200 °C et 1500 °C).
La capacité calorifique par volume est deux fois plus élevée que la pierre réfractaire (14 KJ/m3°C), pour une conductivité thermique dix fois plus rapide (pierre réfractaire : 0,6 W/mK).

 

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site